Archives par étiquette : pornographie

Sexe et industrie

Sexe et industrie (inspiré de « Livres et putains » de Sens unique)

« Ce que le parc d’attractions réalise avec ses autos tamponneuses et autres distractions de ce genre n’est qu’un échantillon du dressage auquel on soumet à l’usine l’ouvrier non qualifié », Walter Benjamin (Thèmes baudelairiens, 1939).
« Le film pornographique, c’est le conte de fées pour adultes », définition vernaculaire de l’industrie pornographique.
« Si l’acteur devient un accessoire, alors il n’est pas rare que l’accessoire, inversement, fasse office d’acteur. », Walter Benjamin d’après Rudolf Arnheim, L’œuvre d’art à l’époque de la reproductibilité technique, 1939.
« The medium is the massage », Marshall McLuhan, 1967.

I
A l’écran, l’industrie du sexe s’exprime sous la forme d’un sexe industrieux : blowjob, handjob, footjob, etc. « Good Job ! » est la monnaie que touchent en liquide les corps-automates : c’est la valeur de performance ! L’image est une gagneuse.

II
Codée en pixels, la mécanique de la reproduction fait l’objet d’une citation domiciliée ! Le bureau et la chambre ont conclu une joint-venture : après l’époque du touriste en transit, du visiteur de parcs d’attractions ou du joueur à la machine à sous, voici venu le temps du travail « comme-à-la-maison » et du loisir « comme-à-l’usine » : l’effort à sensorium unique.

III
Chacun revendique le droit d’être touché. Les industries se font récréatives : le conte se file comme une story et le jouet se manœuvre comme un toy. Il faut imaginer le récit « participatoire » comme un jeu-vidéo sérieusement façonné par la multitude des poignets qui laissent à l’écran leur trace.

IV
Effet joystick : activité digitale de l’internaute qui, nouveau potier, domestique l’autofiction collective à la patine de son imprimante 3D.

V
Constellation des figures du flâneur et du branleur. Les rencontres, les images, les fragments sont reconduits par la volonté supérieure de l’interface et du hasard programmé ; dorénavant, l’aura joue à chat(roulette) !

VI
Ebranlement de sensorium oblige, l’éternité et la bave s’écoulent sur la timeline eschatologique de nos traines e-scatographiques. On se baigne tous dans le même flux.

VII
Sous Windows et Google, l’expérience se vit appareillée. Il n’est plus possible de se faire jouir ni à mains nues ni à l’œil nu. Face aux vitres, les machines désirantes sont servoculaires.

VIII
La pornographie est le gant retourné de la fantasmagorie. Quand celle-ci transforme les rues et les vitrines en visages, celle-là exerce l’opération inverse.

IX
Le porno monographise la marchandise. Le magasin s’y étale en magazine. Libre, l’entrée n’est jamais entravée, et s’affiche libertine.

X
Tout est bien à sa place dans les rayons de l’e-commerce, et même quand c’est le bordel qui règne, la vendeuse arbore le keep smiling comme un never spitting.

XI
La pornographie est l’hypertrophie du commerce. Elle fétichise les réserves, les répertoires, les rayons et chérit, par-dessus tout, les casiers. Elle rend commodes les attentes, les désirs, les spécialités. L’industrie du sexe accommode les menus et convie les matières à sa table.

XII
Fusées baudelairiennes : « Tout l’univers visible n’est qu’un magasin d’images et de signes. ». La ville contenait déjà en elle la commodification, et la rue contenait déjà en elle la taxilâtrie : « Tu mettrais l’univers tout entier dans ta ruelle/Femme impure. ». Meetic est devenu le catalogue des Passages.

XIII
La pornographie consacre le royaume de la putain mise-à-la-page. Liquidation totale de la quatrième de couverture.

 

Olivier Aïm