Archives mensuelles : avril 2017

L’hospitalité du livre. A propos de l’exposition Again and again de Stéphane Duroy

Exposition, Le Bal, jusqu’au 9 avril 2017

 

Une proposition qui émane de moi — si, diversement, citée à mon éloge ou par blâme — je la revendique avec celles qui se presseront ici — sommaire veut, que tout, au monde, existe pour aboutir à un livre.

Mallarmé, Le Livre, instrument spirituel

Le Livre des questions, Le Livre des marges, Le Livre de l’hospitalité

Edmond Jabès

 

Qu’est-ce qu’un livre ? Paradoxalement, ce n’est pas toujours la littérature qui est la mieux armée pour répondre à cette question. C’est parfois la technologie « médiatique » qui, en l’inquiétant, remédie (à) ses prérogatives et (à) ses « sortilèges » : « livre numérique », e-book, « livre enrichi », etc. Mais c’est surtout l’art qui, à l’aide de ses propres « sondes », se saisit avec le plus de pénétration de cette question.

Rien ne le montre mieux que la dernière œuvre de Stéphane Duroy que l’on peut voir dans l’espace d’exposition du Bal.

Le Bal est une petite salle qui multiplie les expositions de grande qualité, ayant compris que, loin des alarmes du temps numériques, l’art contemporain des images (photographiques, mais aussi animées, murales, projetées, etc.) est intimement lié à la réflexion sur ce vieux « medium » qui s’appelle le livre. Par principe créateur, le catalogue précède le plus souvent au Bal l’exposition en tant que telle, et fonde le premier écran dans le parcours « transmédiatique » obligé de toute production et de tout événement culturels actuels.

Déjà sensible dans les expositions précédentes, le primat du livre éclate dans Again and again, la première rétrospective consacrée à Stéphane Duroy et surmontée – en salle basse – de son œuvre dorénavant phare en tant que plasticien : « Tentative d’épuisement d’un livre ».

 

Les deux corps du livre

Tout comme Mallarmé envisageait le double état de la parole – « brut ou immédiat ici, là essentiel » -, l’exposition que le Bal dédie à Stéphane Duroy, exalte le double état du « livre d’exposition » : le livre exposé, d’une part, en tant que support médiatique redimensionné par l’espace de l’exposition (avec ses murs, ses vitres, ses drapés, ses cadres, ses projections…) ; le livre en tant que recueil, d’autre part : recueil de paroles, de sensations, de souvenirs, d’abord; recueil de témoignages, de trajectoires, de biographies, de visages, ensuite ; recueil, enfin, de l’événement-même de l’œuvre exposée, sous la forme du catalogue, disponible pour le visiteur qui, ex post, peut ainsi relire son parcours pour mieux lui-même se recueillir.

Si ce déploiement est si fort ici, c’est qu’il procède d’une œuvre authentiquement collective, à la triple charge de son créateur, de ses deux scénographes (Fannie Escoulen et Diane Dufour) et de leur conjointe mise en livre. La curation relève tout à la fois d’une scénographie de l’espace et de ce qu’il conviendrait de nommer le travail de « graphoscénie » de Stéphane Duroy. Sans que l’on puisse réellement – et sans doute sans qu’on le veuille – démêler clairement les divers rôles et diverses parts prises dans cette création plurielle.

Il reste que, plus que jamais, la métaphore profonde du livre comme lieu d’accueil prend force ici. En convoquant les grands penseurs modernes du Livre comme Warburg (et la forme Atlas) et Benjamin (et la forme Passages), Again and again pose et transpose la question de la frontière. Au cœur de cette dialectique de l’exil et de l’hospitalité, le catalogue occupe ici la place centrale.

 

Le catalogue comme outil spirituel et politique.

Journal, la feuille étalée, pleine, emprunte à l’impression un résultat indu, de simple maculature : nul doute que l’éclatant et vulgaire avantage soit, au vu de tous, la multiplication de l’exemplaire et gise dans le tirage.

Mallarmé

 

Dans la salle basse du Bal, qui n’a jamais autant paru souterraine que dans ce travail de curation, Stéphane Duroy exhibe sous la forme de trois lignes vitrées une trentaine des cent catalogues qu’il a récupérés d’une de ces œuvres précédentes, intitulée Unknown.

De ce stock produit par l’industrie éditoriale, Stéphane Duroy fait une œuvre en soumettant l’espace du livre à une tentative de saturation plastique par collage, piquage, peinture, « maculature », coloriage, etc. On pense à l’œuvre « matériologique » (François Dagognet) d’un Lucien Freud (la Chambre) ou plus encore d’un Gérard Gasiorowski (G XXS).

Toutefois, Again et again ne se livre pas seulement comme une reprise, un remix, un « mashup », ni même comme un recyclage, mais avant tout comme une transsubstantiation de son propre matériau créatif (la photographie) devenue matière industrielle (le catalogue).

 

Again and again and again… De l’exposition à l’expolition

 

Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,/ Polissez-le sans cesse, et le repolissez, /Ajoutez quelquefois, et souvent effacez

Boileau, Art poétique

Entre la « tentative de restitution d’un retable baroque » (à la Simon) et la « tentative d’épuisement d’un lieu parisien » (à la Perec), l’exposition prend la forme esthétique typique de l’inquiétude : l’« expolition », soit cette pratique littéraire et rhétorique ancienne qui consiste en une reformulation sans fin d’un texte en quête de son sens ultime, sans doute introuvable, au mieux asymptotique. Voilà bien là la formule typique de « l’ère du soupçon » (Nathalie Sarraute) qui brouille et sape les prétentions référentielles toutes-puissantes de la représentation classique.

Dans ce travail de ressassement permanent, la couverture est l’enjeu principal de la systématisation du geste de relecture. Les reliefs de l’ouvrage passé sont réinterprétés, remis au jour et à jour selon un nouveau relief : celui de l’actualité.

Work in progress, « Tentative d’épuisement d’un livre » s’est en l’état arrêté au « livre 28 » qui correspond au tournant des années 2016-2017. La dernière couche qu’applique sous vitrine Stéphane Duroy à la tentative d’épuisement de son catalogue, est, en effet, constituée par les coupures de journaux (du New York Times) qui témoignent, in vivo, d’une Amérique en train d’expérimenter une nouvelle politique de l’accueil et de la migration sous le nom de trumpisme

 

Le catalogue comme « ouvroir de mémoire potentielle » (Oumépo)

mais nous avons eu, en le faisant, la certitude d’avoir fait résonner les deux mots qui furent au cœur même de cette longue aventure : ces deux mots mous, irrepérables, instables et fuyants, qui se renvoient sans cesse leurs lumières tremblotantes, et qui s’appellent l’errance et l’espoir.

Georges Perec, Récits d’Ellis Island

 

Si l’épuisement perecquien se lit, la tentative d’épuisement d’un stock de catalogues par Stéphane Duroy se voit et se donne à voir. L’œuvre porte sa propre genèse, son propre développement, ses propres couches archéologiques. Au sens d’une articulation et d’une actualisation de résonances intimes et collectives, personnelles et communes, elle se présente comme un monument dédié aux hommes qui ont fait et qui font l’Amérique.

Oulipienne, la figure de Georges Perec qui hante ici toute l’œuvre, l’est finalement moins qu’ « oumépienne », au sens où les « récits d’Ellis Island » s’inscrivent dans ce que Perec appelle une « mémoire potentielle ».

Recueil signifiait « accueil » avant de prendre un sens livresque. Plus qu’une métaphore, l’œuvre redouble ce sens premier, en recueillant alors le souvenir d’« êtres sans destin ».

La salle – telle une crypte – et le livre – tel un « tombeau » – se confondent : les catalogues riment avec les catacombes pour mettre en question la « machine à faire des Américains » (Perec) du système d’accueil historique des Etats-Unis.

 

Le modèle de l’enrichissement mis en doute par le livre

Au contraire d’une fonction de numéraire facile et représentatif, comme le traite d’abord la foule, le dire, avant tout, rêve et chant, retrouve chez le Poète, par nécessité constitutive d’un art consacré aux fictions, sa virtualité.

Mallarmé, Crise du vers

 

On se demande souvent à quoi peut correspondre l’obsession actuelle pour le « transmédia », cet idéal fictionnel d’une concordance et d’une complémentarité des supports dans la création et le développement d’un univers narratif englobant. On répond le plus souvent avec l’argument réflexe de la nouveauté : le « digital », le « mobile », la « participation », l’« immersion », etc.

On fantasme une activité et une interactivité intenses d’un spectateur-internaute réhabilité et comblé par une pluralité de gestes et de sensations à vivre dans une réalité « virtuelle », « augmentée » ou « enrichie ».

Le modèle transmédia ne relève pas de la science-fiction, mais de la fiction-fiction ! Il s’agit d’un délire irénique.

L’œuvre de Stéphane Duroy nous rappelle avec une vigueur gestuelle et une fulgurance esthétique rares que l’art n’est pas irénique. Son récit et sa leçon sont avant tout ironiques. Sous son format apparemment simpliste de production « papier », le catalogue relève d’un Arte povera, qui réévalue en continu la puissance de recueil de la culture livresque, en tant que medium de réalité « virtuelle ». En tentant de l’épuiser, Stéphane Duroy met en question le livre comme « machine concrète » apte à recueillir encore le monde comme expérience humaniste.

S’il le veut, le visiteur peut ainsi s’extraire du Bal en achetant un objet-livre fascinant : le catalogue des catalogues. Sous la forme d’un imposant « dépliant », ce métalogue se gonfle alors d’une charge poétique immense, qui met en suspension sa valeur « numéraire » et documentaire, en faveur d’une « virtualité » mémorielle démultipliée.

Entre les mains du visiteur en exil de la salle, palpite le corps vivant d’un livre qui ne cesse plus dès lors de déplier ses propres troubles : celui du vertige, d’abord, qui parcourt un travail artistique qui semble inépuisable ; celui du doute, ensuite, qui travaille un modèle politique d’ouverture et d’hospitalité qui semble épuisé.

 

Pour Alizée, again and again

Olivier Aïm

Enregistrer