Archives mensuelles : décembre 2015

Reproductibilité de la reproductibilité

Afficher l'image d'origineLogo du nouveau service de téléchargement de livres audio d’Amazon (décembre 2015)

Extensibilités

C’est sans doute avec « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique » que l’on mesure le plus nettement le potentiel transformatif de la lecture sans cesse renouvelée du corpus « Walter Benjamin ». Traduit par l’auteur lui-même en français par « L’œuvre d’art à l’époque de sa production mécanisée », cet article est matriciel au sens où il conjoint réflexivement le dit et le dire : non seulement, le texte porte sur la reproductibilité (« Reproduzierbarkeit »), mais encore fait-il lui-même l’objet d’une série de reprises internes qui en assurent, par l’exemple, la cohérence gnoséologique. Les reprises portent non seulement sur le Zeitraum de la locution prépositionnelle « im Zeitalter des/seiner », mais encore sur le « signifié de puissance » de la puissance (dynamis) : « –barkeit », qui devient le « -bilité » français. Au sein même de l’œuvre, la notion de puissance est ainsi elle-même « reproductible », si bien que l’on va trouver des substantifs tels que « exposabilité » (Ausstellbarkeit), « détachabilité » (Ablösbarkeit), « inapprochabilité » (Unnahbarkeit), « isolabilité » (Isolierbarkeit), présents, parmi de nombreux autres, dans le texte. Au-delà du corpus interne, la puissance du signifié ne cesse de se vérifier à travers le temps pour parvenir jusqu’à nous à la faveur de ses reprises exogènes qui en consolident d’autant plus la valeur de matrice.

Reproductibilité de la reproductibilité

Pour ce qui est de la reproductibilité de la « reproductibilité », l’incessante retraduction se fait selon une double focalisation.

D’une part, de la même manière que la formulation « à l’ère de » a permis une extrême pénétration du tour benjaminien d’envisager les « appareils » techniques en fonction des évolutions temporelles, la notion de « reproductibilité » continue elle aussi de connaître de multiples acculturations à des « époques » nouvelles. D’autre part, après les grandes théories sur l’industrie culturelle, sa standardisation, sa sérialisation et sa réplétion, ce sont, en ce début de XXIe siècle, les nouvelles considérations sur les « industries créatives » qui emboîtent le pas de Benjamin sous des paradigmes qui continuent de s’adresser à lui, sous la forme davantage « participatoire » et « conviviale » de l’« accessibility » et de la « Web usability ». En consacrant le principe de la « reprise », du « remix », du « reboot », de la « viralité », de la « mémétique », ou encore de la « spreadability » (au sens de Henry Jenkins : spreadablemedia.org), les nouveaux formats de la théorie culturelle ne font que sophistiquer, dériver et « reproduire », sous formes apparemment variées, une même conception première de la fabrication des marchandises, des usages et des originalités.

Les nouveaux territoires de la performance

Dans le prolongement de la déclinaison de l’idée même de « répétabilité » (« Wiederholbarkeit »), il apparaît que, dans des champs moins culturels a priori et plus sociétaux, la pensée de la reproductibilité se soit lovée dans des regards fort compatibles. Le « développement durable » (« sustainability ») aligne le modèle d’une consommation naturelle sur le régime reproductible de la réserve intarissable et de la disponibilité, qui se met à entretenir une relation fort éprise avec l’industrie tout court. Par effet de retour retors, la matrice industrielle est prête, dès lors, à rejoindre l’obsession irénique et performantielle de l’« employabilité » dans les catégories professionnelles de plus en plus médiatiques que sont le « bankable », le « fuckable » et même le « JTable » (qui désigne un acteur convoité par les producteurs parce qu’il est apte à passer au Journal Télévisé), et qui actualisent à leur tour la « testabilité » (« Testiebarkeit ») première des « appareils ».

En opposant le « JTable » au « jetable », la pensée du « recyclage » télescope la théorie de l’industrie, selon laquelle s’exposer à être reproduit signale la revendication devenue norme pour un écosystème de l’image qui se transcrit, se duplique et se transmet. Si bien que l’âge de la « visibilité » serait alors la dernière remédiation en date de la reproductibilité comme régime de ce qui revendique de ne pas devenir déchet.

Olivier Aïm

Le clic

Le clic

Parmi les « thèmes baudelairiens » commentés par Benjamin, il est possible de relire ces quelques lignes comme une généalogie de nos modernes clics informatiques :

« Avec l’invention des allumettes, vers le milieu du XIXe siècle, a commencé toute une série de découvertes qui ont pour caractère commun de déclencher un mécanisme complexe au moyen d’un seul mouvement brusque de la main. Dans beaucoup de domaines le développement continue ; c’est ce qui apparaît, par exemple avec le téléphone […] Parmi les innombrables gestes d’actionnement, d’introduction de pièces, de pression, etc., le déclic instantané de l’appareil photo est un de ceux qui ont eu le plus de conséquences. Une pression du doigt suffisait pour conserver l’événement pour un temps illimité.«  [1]

Pourra-t-on oublier que XIX reste l’anagramme de XXI ? Le confort digital qu’a procuré une mini-découverte prométhéenne du « siècle des allumettes » serait aux sources des incendies de lettres cliquables qu’enflamment nos écrans contemporains. Le sensorium qui manie briquets, gâchettes, interrupteurs, combinés, appareils-photos, télécommandes et ordinateurs le sait (et le tait) bien : une même « mèche » relie ces objets a priori épars.

Dans son acception informatique actuelle, le clic devient le geste d’actionnement emblématique d’une époque qui rêve de tout faire par la pression du doigt. En un clic ou en quelques clics, un clic suffit pour faire vivre les promesses mirifiques d’Internet.

Est-ce par le clic que l’économie gestuelle du sensorium a définitivement épousé les échelles industrielles de la reproductibilité ?

Cinq intuitions post-benjaminiennes nous surprennent au bout des doigts :

Coup de pouce. – Dans le droit fil de la vision empruntée à Valéry, le clic informatique s’apparente au « moindre geste » par lequel nous sommes « alimentés d’images visuelles ou auditives » venues de loin « moyennant un effort quasi-nul »[2]. C’est ainsi que les « bénéficiaires » du « confort » réseautique se rapprochent du « mécanisme » auquel ils se sont abonnés [3].

Index. – L’« image auditive » est fondamentale pour comprendre la fascination sensorielle pour les mécanismes de l’informatique contemporaine. L’« onomatopée exprimant un claquement sec » qui donne son nom au « clic » de la souris conjoint ce que l’on voit-touche à ce que l’on entend. Ce cliquetis artificiel qu’amplifient les enceintes rassure l’ouïe de l’internaute : une valse synesthésique vient dissimuler l’effort scripturaire.

Majeur. – Chaque clic conforte l’idéologie du choix que véhiculent les appareillages d’Internet. Tels des rayons de supermarché, icônes et menus, fenêtres et boutons nous offrent habilement la liberté de lire-pour-élire. A juste titre, Douglas Engelbart, tenu pour père de la souris informatique, parlait en 1967 d’un « switch monté pour la fonction select » ne disposant pas du vocable « clic ».

Annulaire. – Au Parc de Xerox, la souris d’Engelbart commençait à caresser du bout des doigts le rêve de la « manipulation du texte ». Or, entre les manies des doigts et les manicules des curseurs, la « réception tactile » qu’incarne le clic annexe la productivité des internautes à une série de gestes « distraits »[4]. La tactilité des écrans capitalise cette tendance : aux fabricants de téléphones et tablettes correspond le design du doigté prévu, aux concepteurs de sites le spectre coutumier de ce qui doit être cliqué.

Petit doigt. – En moins d’un siècle, le clic est passé du stade d’onomatopée gestuelle à celui d’unité économique discrète. La rentabilité des publicités sur Internet se mesure au cost-per-click. Le fait d’avoir cliqué se situe au fondement des spéculations sur la mal-nommée « économie de l’attention » qui est plutôt une « économie de la distraction ». Toujours est-il qu’entre le savoir faire cliquer et les réinterprétations du clic comme critère de performance notre époque dessine un enjeu de taille microesthétique et micropolitique.

Gustavo Gomez-Mejia

– – – – – – – – – – – – – – – – –

[1] W. Benjamin, 1939, « Sur quelques thèmes baudelairiens», in Œuvres III, Paris, Gallimard, 2000, p. 360.

[2] W. Benjamin, 1939, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », Ibid., p. 237.

[3] Ibid., p. 360.

[4] Ibid., p. 312.